Post-production numérique pour photographies de paysage

avec Pas de commentaire

La post-production (ou retouche numérique) en photographie de paysage, un passage obligé !

La post-production numérique fait référence à 2 types de traitement numérique. D’un coté le développement du fichier RAW issue du capteur de l’appareil photographique; de l’autre les transformations profondes de l’image (suppression d’éléments indésirables).

Qu’est ce que le fichier RAW?

Pour faire simple, c’est le fichier brut issue du capteur d’un appareil photo numérique. Ce fichier n’a subit aucune altération par le logiciel embarqué de l’appareil photo. L’inconvénient est qu’il n’est pas exploitable comme tel, mais doit être convertit dans un logiciel (on parle de développement par analogie avec l’argentique). En revanche, l’intégralité des performances dynamiques du capteur est exploitable.

Le RAW est donc, l’équivalent numérique du négatif argentique.

Qu’est ce que la dynamique du capteur et en quoi est-ce utile?

La dynamique du capteur, est sa capacité à restituer les écarts de luminosité (calculer en IL –indice de lumination– ou EV –exposure value–) entre un blanc pur (sans détail) et un noir pur.Dans la photographie de paysage il est fréquent que les écarts d’intensité lumineuse soit extrême, par exemple dans le cas d’un coucher de soleil, lorsque celui-ci est présent dans le cadre.

Le développement du fichier RAW.

Pour développer mes fichiers RAW, ainsi que pour la majeur partie de mon travail de post-production, j’utilise le logiciel lightroom d’Adobe. Son rôle ne se limite pas uniquement au développement des fichiers, il gère l’ensemble du flux de post-production courant en photographie, de l’importation à la publication sur le web en passant pas la retouche des images. Son principal avantage est qu’il permet d’évoluer dans un environnement dit « non-destructif » car à aucun moment le fichier brut (le RAW) n’est altérer. Chaque modification est réversible, elle est stocké dans un fichier annexe (.xmp) ou au sein des métadonnées du fichier suivant les préférences de catalogue.

Dans cet article je parlerais principalement du module de développement (le 2eme onglet en haut à droite) et suivrais la logique instauré par Adobe.

A gauche l’image brute, à droite l’image retouchée dans lightroom:

Retouche d'un paysage avec lightroom, avant/après.

1ere étape: les réglages de base.

Sur l’image de départ, le ciel est brulé (blanc, sans détail apparent), alors que le sol et les arbres sont légèrement sous-exposé.

Il faut donc ajuster les curseurs d’expositions, de tons clairs et de tons foncés. Ainsi qu’ajuster le point blanc et le point noir (les zones blanche et noire ne présentant aucun détails). Pour ajuster les blanc et noir, il faut appuyer sur la touche alt et manipulant le curseur ce qui va mettre en valeur les zones où les pixels deviennent blanc ou noir.

On peut ajuster les réglages obtenues dans le panneau courbes qui va permettre de modifier la courbe de dynamique, l’effet est similaire au curseur mais doit être employé avec précaution, surtout pour des réglages fins.

post-production numérique pas-à-pas pour photographie de paysage (étape1)

2eme étape: les réglages locaux, le filtre dégradé.

A l’aide du filtre dégradé, on va assombrir le ciel afin de dramatiser la scène. Mais surtout, de faire ressortir d’avantage de détail dans le ciel. J’utilise généralement 2 filtres afin d’avoir plus de contrôle sur le dégradé produit.

Sur cette image j’ai également utilisé ce filtre pour fermer le bas de l’image.

post-production numérique pas-à-pas pour photographie de paysage (étape2)

3eme étape: le filtre radial.

Le filtre radial, apparus dans la 5eme version de lightroom, va permettre de mettre en lumière la photographie. On peut désormais produire dans lightroom un effet semblable au dodge and burn, tout en restant dans un environnement non-destructif. L’idée est d’accentuer localement les contrastes, en éclaircissant ponctuellement les zones lumineuses ou au contraire en obscurcissant les zones sombres.

En référence à mon précédent article, c’est à ce moment que rentre en compte la part créative du photographe et que l’image se construit. Le photographe derrière son ordinateur comme le tireur dans son labo il y a encore quelques années sublime son négatif numérique pour l’un et argentique pour l’autre.

post-production numérique pas-à-pas pour photographie de paysage (étape3)

4eme étape: le rendu général.

Une fois les réglages locaux effectués, j’ajuste la vibrance, la saturation.

J’ajoute également un peu de vignetage et procède à l’accentuation de l’image.

Voici le rendu final:

post-production numérique pas-à-pas pour photographie de paysage (étape4)

 

 

Partagez sur les réseaux sociaux:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Veuillez répondre à la question suivante : * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.